Ecolo Brabant wallon accueille positivement les interventions du CdH Brabant wallon parues ce lundi dans les colonnes de l’Avenir sur la gouvernance et la révision des mandats publics. Depuis longtemps, Ecolo est demandeur d’une telle remise à plat et d’un renforcement des contrôles. Nous nous réjouissons de voir que, sous la pression du dossier Publifin, il est enfin possible d’avancer, avec tous les partis.

Sur le fond, il est clair que le Brabant wallon peut être une terre d’exemple en matière de gouvernance, si tous les partis sont prêts à avancer. Sur la forme, il ne faut pas se tromper : la véritable démocratie se travaille à tous les niveaux. Rationaliser le fonctionnement des intercommunales du Brabant wallon est intéressant, mais il ne faut pas oublier les autres structures publiques (invests, sociétés de logement public, Province, ASBL para-communales et provinciales, OIP…).

Par ailleurs, les règles en matière de cumul des mandats, de conflits d’intérêts, de politisation de la fonction publique ou de contrôle des intercommunales dépendent du niveau régional, que M. Antoine connaît bien. Et là, l’immobilisme en matière de gouvernance était redevenu la règle jusqu’il y a peu. Marcel Cheron, député fédéral, abonde : « L’impulsion doit venir de partout à la fois. La cohérence doit être de mise, et on ne peut pas, par exemple, demander une rationalisation des mandats d’une main, en essayant de supprimer l’interdiction du cumul des mandats de député et de bourgmestre de l’autre ».

Dans un communiqué récent, Ecolo Brabant wallon appellait « à faire cette indispensable remise à plat [des mandats], malgré les résistances. Cela permettra de pouvoir enfin consacrer l’énergie et les moyens nécessaires aux vrais enjeux auxquels doivent répondre les structures publiques : le cadre de vie, la mobilité, la cohésion sociale, l’avenir économique, la démocratie ». Dès lors, nous sommes évidemment demandeurs d’avancer dans le sens d’une plus grande ethique et d’une transparence accrue, en Brabant wallon comme ailleurs.

Pour Véronique De Brouwer, coprésidente d’Ecolo Brabant wallon, « les multiples dérives en matière d’éthique ont fait de l’exercice d’un mandat politique un objet de méfiance, voire de défiance. Il est plus que temps de bâtir une démocratie efficace, qui œuvre réellement en faveur des citoyens. Une discussion sur ce thème, entre tous les partis, est indispensable ».

Pour la régionale Ecolo du Brabant wallon,
Véronique De Brouwer, coprésidente régionale
Marcel Cheron, député fédéral

Share This