Ecolo dénonce la tentative d’expulsion violente d’une famille accueillie au centre Fedasil de Jodoigne

Ce 6 décembre, à l’heure où la plupart des enfants découvraient les cadeaux de St Nicolas dans leurs souliers, une famille de 8 enfants faisait l’objet d’une tentative choquante d’expulsion du Centre Fedasil de Jodoigne.

Ecolo dénonce la manière scandaleuse dont les services fédéraux ont traité une famille qui, en vertu de la procédure de Dublin, devait être renvoyée en Pologne, alors que son parcours d’intégration est en cours en Belgique, au sein du centre Fedasil de Jodoigne .

Cette action plus que musclée est tout à fait indigne d’un pays démocratique !

Vingt policiers fédéraux ont tenté d’expulser sept enfants avec leur père, en les séparant de leur mère et d’une de leurs filles non présente à ce moment au centre. La police fédérale a fait usage de la force pour contraindre le papa à monter dans le bus (camisole, casque rembourré…). Tout cela sous les yeux des enfants à peine éveillés !

Cette tentative d’expulsion a fort heureusement été interrompue, la famille n’étant pas au complet. La police locale, et le personnel du Centre ont été témoins de ces violences et les ont dénoncés. Ecolo tient à marquer toute sa solidarité avec les travailleurs du Centre Fedasil de Jodoigne, qui bien que travaillant dans des conditions très difficiles, réalisent leurs missions dans le respect des droit humains et ont ce matin été particulièrement choqués par cette violence.

Nous comprenons aussi le désarroi des policiers de la zone de police locale face à cette intervention inacceptable de la police fédérale.

Les autorités communales ont demandé des explications au Premier Ministre, qui a d’ores et déjà demandé un rapport sur les faits. Nous les félicitons pour cette démarche.

Ecolo dénonce, comme l’a fait déjà le Délégué général aux droits de l’enfant, cette intervention scandaleuse et rappelle que, pour Ecolo, personne n’est illégal quand il cherche refuge en Belgique. Quand l’intégration est en cours, quand les citoyens se mobilisent pour offrir un avenir à une famille qui fuit la guerre ou la misère, quand les communes se déclarent hospitalières, c’est une attitude inacceptable que nous ne pouvons tolérer.

Ecolo demandera des explications au Ministre T. Franken sur la violence de ces pratiques.

Plus d’info? Sur le site de la rtbf.

Photo by Igor Ovsyannykov on Unsplash

Share This