Le contournement nord de Wavre – un projet routier vieux de 40 ans – est à l’enquête publique. Les communes de Wavre et de Grez-Doiceau doivent rendre un avis, et la Région wallonne prendra prochainement une décision. Avec ce projet, tout le monde est perdant. Il faut travailler autrement.

 

Un site biologique important

Le projet routier traverse des zones agricoles de Basse-Wavre, le bois des Vallées et le bois de Laurensart. Ces zones de la Vallée de la Dyle en Brabant wallon, encore non-urbanisées et dont l’intérêt paysager est reconnu, profitent aujourd’hui aux habitants, aux promeneurs, et abritent une faune et une flore remarquable.

C’est une perte irrémédiable pour la biodiversité et la qualité de vie des brabançons qui s’annonce, que les mesures de compensation prévues ne pourront en aucun cas compenser. Le contournement nord, c’est non seulement la perte sèche de 9 hectares de terrains agricoles

Passage Contournement Nord a Basse-Wavre - ok

Passage Contournement Nord à Basse-Wavre

et forestiers mais c’est également le morcellement d’une zone biologique importante, qui causera des effets irrémédiables sur la faune locale. La zone Natura 2000 du marais de Laurensart est également en danger : la route jouxtant les sources du marais, des conséquences potentiellement importantes et imprévisibles sur son alimentation ont été identifiées par l’étude d’incidences.

 

Vous pouvez consulter l’analyse détaillée de Natagora en suivant ce lien.

On peut résoudre la congestion autrement

Les points de circulation qui génèrent les congestions aux heures de pointe sur la N257, à l’entrée du Parc d’activité économique « Zoning Nord » sont connus : encombrement de la sortie 5 de l’E411, feux rouges, et rétrécissement de la chaussée des collines.

Il est possible de résoudre ces « points noirs » un par un, et sans construire le contournement nord. La Région wallonne dépense déjà 1,9 millions d’euros pour l’élargissement de la Chaussée des collines, dont les travaux sont en train de se terminer. 7,3 millions sont également budgétés pour élargir la sortie 5 et sécuriser la sortie d’autoroute. L’élargissement de la sortie 5 et la suppression des feux rouges via la construction de pertuis (tunnels) ou d’une bretelle supplémentaire permettrait de fluidifier la zone pour le trafic automobile.

Alors… Dépenser 7,3 millions et continuer l’urbanisation d’une bretelle d’autoroute ou dépenser 25 millions et détruire irrémédiablement une zone verte de grand intérêt biologique et paysager ? Pour Ecolo, le choix est vite fait. A tout le moins, l’étude « sortie 5 » et la réalisation de ces investissements devraient être faits avant de réévaluer l’ensemble de la mobilité du site. C’est une question de bon sens.

On peut diminuer la pression automobile sur le site et participer à la réalisation des objectifs de la COP21

L’étude d’incidence le reconnaît : « ce nouvel accès routier, dont l’objectif principal est d’améliorer l’accessibilité du PAE, ne joue pas en faveur d’une utilisation accrue des modes de transport alternatifs, d’autant plus que l’offre actuelle en lien avec le PAE est qualifiée de faible »1. Autrement dit : les 20 millions du contournement nord pourraient être mieux investis dans la desserte du site par les transports en commun. Le développement des bus est tout indiqué.

Depuis 2015, Ecolo Brabant wallon défend bec et ongle la mise en place d’une ligne rapide entre Gembloux et Wavre Nord sur la N4. Pourtant, alors que la pertinence de la proposition a été reconnue par l’UCL, GSK, les entreprises, les bourgmestres de la zone tous partis confondus, nous ne disposons à ce jour d’aucune étude du TEC. L’association des clients des transports publics (ACTP) n’a pas attendu pour évaluer la pertinence de la ligne. Leur analyse est disponible ici.

Si nous voulons lutter contre le réchauffement de la planète, il va falloir travailler sur nos modes de transport. Et construire le contournement, c’est éloigner la perspective d’un changement modal. C’est ce qu’explique notamment Christophe Lejeune, Conseiller communal à Wavre, dans un article publié sur le site des écologistes Wavriens, que vous pouvez lire ici. Les coûts généraux de l’infrastructure routière y sont aussi abordés.

Le passé, c’est trop d’argent dépensé pour des équipements routiers. L’avenir doit se tourner prioritairement sur les autres moyens de transports, moins coûteux à l’entretien et plus efficaces en terme de protection de l’environnement.

Christophe Lejeune

On peut développer un projet de ville cohérent pour Wavre

La ville de Wavre a été déséquilibrée par les politiques de zonings et de lotissements qui ont été menées ces 30 dernières années. On a séparé spatialement les fonctions urbaines: l’habitat, les commerces, les services et les lieux de travail. On a donc besoin de sa voiture Hotel de Ville Wavre pour tout : pour aller travailler, pour aller faire ses courses, pour conduire ses enfants à l’école.

A lui seul, le zoning Nord fournit quasi la moitié des 25.000 emplois de Wavre. Et aucune de ces personnes n’est connectée au centre ville. Il faut 30 minutes de marche ou 10 minutes de vélo pour relier le rond-point des collines au chemin de fer. C’est trop : les travailleurs ne descendent pas en ville le midi, alors qu’ils pourraient être un atout pour la redynamiser, s’ils avaient la possibilité de fréquenter les restaurants et commerces du centre.

Il faut aujourd’hui connecter le PAE à Wavre. En mettant en place une navette entre le zoning et la Gare, en développant les transports en commun, en résolvant le problème posé par les passage à niveaux qui coupent le développement de la Ville au nord.

Il y a des projets qui vont dans le bon sens : la piétonnisation du centre, le regroupement des parkings, la création d’espaces commerciaux au parking des carabiniers, le hall polyvalent et la construction de logements sur le site Folon.

Mais pas l’étalement urbain vers l’Est que nous prépare le contournement nord.

 

 

Plus d’info ?

  • Le rapport de l’étude d’incidence est consultable en cliquant ICI
  • Une réunion d’information du public est organisée à Wavre le 13/12 à 18 h, dans la Salle des Templiers de l’Hôtel de Ville de Wavre.
  • Les associations, les locales Ecolo et Cdh de Wavre et Grez-Doiceau ont organisé ensemble une conférence de presse le 29 novembre. Vous pouvez notamment consulter en ligne le reportage de TVCom, l’article de la RTBF ou de l’Avenir.

Comment agir ?

Donnez votre avis ! Quand les bulldozers seront en marche, il sera trop tard.

Vous pouvez réagir à l’enquête publique :

  • Par email : urbanisme@wavre.be ou urbanisme@grez-doiceau.be
  • Par courrier postal :
    Collège communal, Place de l’Hôtel de Ville 1, 1300 Wavre
    Collège Communal, Place Ernest Dubois, 1 à 1390 Grez-Doiceau.
    L’enveloppe ou le courrier électronique doit porter la mention : Contournement Nord de Wavre

Des lettres-type sont disponibles sur le site de la Plate-forme « CNW » ici.

 

1 Etude d’Incidence contournement Nord de Wavre, Partie 4.6.3.5. P 301

Share This