Le projet de loi sur les visites domiciliaires préparé par le gouvernement fait débat. Et c’est le moins que l’on puisse dire : des représentants des juges d’instruction aux constitutionnalistes, on s’accorde pour dire que ce projet de loi est liberticide et disproportionné.

L’inviolabilité du domicile privé est consacrée par la constitution belge et sérieusement encadrée par la loi. Ce n’est que dans le cadre strict d’une enquête judiciaire, pilotée par un juge, que la police peut être autorisée à entrer en force dans les habitations.

Et imaginons-nous, demain, autoriser la police à entrer dans les maisons et procéder à des fouilles, pour y trouver des sans-papiers, hébergés par des citoyens animés par un sentiment d’humanité qui fait défaut à notre gouvernement ? Non.

C’est donc l’heure de l’examen de conscience pour les conseillers communaux, et plus particulièrement des conseillers du MR, dont certains s’opposent déjà au projet. Car dans ce dossier, il n’est plus question de parti, il est question de conscience. Et Ecolo Brabant wallon entend soutenir les consciences éveillées.

Alors, comme à Liège ou à Ixelles, ou, plus proche de nous, à Grez-Doiceau ou à Court-St-Etienne, déposons la motion contre les visites domiciliaires. Avec tous les conseillers communaux qui font preuve d’humanité, invitons le parlement fédéral à rejeter ce projet de loi.

« Être sans-papiers en Belgique n’est pas un crime. Héberger une personne sans-papiers n’est pas un crime ».

Vous voulez le texte de la motion ? Une version est disponible sur le site d’Ecolo Ixelles.
Vous voulez en savoir plus sur le projet de loi ? Toute l’info sur le site de la RTBF.
Vous voulez signer la pétition d’Ecolo ? C’est ici.
Vous êtes un simple citoyen et vous voulez interpeller vos élus ? La plate-forme citoyenne vous explique comment faire sur le site du Vif.

Crédit Photo : CC Photo by Beth Tate on Unsplash

Share This