C’est parti ! Ce 3 décembre, les nouveaux élus issus des élections d’octobre entrent en fonction partout en Brabant wallon. Pour la plupart, c’est une découverte, une nouvelle responsabilité à remplir pour représenter justement les citoyen.ne.s. Pour d’autres, il s’agit de continuer le travail entamé lors de la précédente législature. Pour toutes et tous, c’est l’occasion de changer les choses, dans un contexte particulier pour Ecolo et pour le Brabant wallon.

Les citoyen.ne.s n’ont jamais été aussi nombreux à faire confiance à Ecolo, que ce soit dans les communes du Brabant wallon ou d’ailleurs. Les raisons de cette confiance sont nombreuses et propres à chacun.e : urgence climatique, biodiversité, circuits courts, alimentation, lien social, gouvernance, mobilité, politique migratoire, égalité femme-homme… Ce qui est sûr, c’est que les élu.e.s Ecolo ont entendu ces appels, et travailleront encore plus dur à une transition écologique et sociale de la société, qui doit bénéficier à toutes et tous. Avec le relais des citoyen.e.s engagé.e.s, ils ont dorénavant la force pour encore mieux faire face à la tentation de l’immobilisme.

La « vague verte » en chiffres

En Wallonie et à Bruxelles, le nombre de conseillers communaux Ecolo passe donc aujourd’hui de 442 à 687 (+50%), dont 60 % sont des nouveaux élus . Ecolo fait dorénavant partie de 75 majorités communales(40 en 2012) et aligne 10 bourgmestres.
En Brabant wallon, le chemin est le même : les conseillers communaux Ecolo sont 119, alors qu’ils étaient 80 en 2012. Et ils sont 84 à entrer pour la première fois au conseil communal ! Nous faisons partie de 9 majorités (Tubize, Nivelles, Ottignies-LLN, Grez-Doiceau, Chaumont-Gistoux, Chastre, Walhain, Perwez, Ramillies), et le nombre d’échevins a plus que doublé, passant de 11 à 23.

Des projets concrets

Ces chiffres donnent un rapport de force, mais restent abstraits. Ce qui ne l’est pas, ce sont les différentes actions de transition que les groupes Ecolo ont défendues et obtenues en montant dans les majorités communales. Pas question de « verdir » un collège ou l’autre. Il est plus que temps que les communes prennent des actions d’envergure, concrètes et efficaces, pour créer les changements attendus par les citoyen.e.s.

En voici quelques exemples, non-exhaustifs :

A Tubize :

– Ecolo reprend la gestion de l’urbanisme, compétence cruciale de ces 6 prochaines années. La priorité : développer une vision de long terme du développement du territoire pour encadrer les promoteurs.
– Les bâtiments publics (y compris les écoles) sont de gros consommateurs d’énergie. Des efforts importants seront mis en œuvre en faveur des économies d’énergie de ces bâtiments.
– Pour rapprocher élus et citoyen.e.s, focus sur la participation citoyenne, qui devient une compétence transversale. Les habitant.e.s auront leur mot à dire au travers de nombreux projets.
– Participation des aînés et des personnes à mobilité réduite dans les projets qui les concernent.
-….

A Nivelles :

– Développement renforcé de la mobilité douce, notamment au travers des voies cyclables.
– Création d’une Maison de la Participation, pour encourager les citoyen.ne.s à participer à la vie et aux décisions de la commune.
– Application du Plan climat, ce qui recouvre de nombreux points : réduction des émissions de CO2 globales de la ville par le logement, la mobilité, l’agriculture,…
-….

A Ramillies :

– En termes de participation et de gouvernance : impliquer la population dans la gestion communale et le développement du territoire communal.
– Le focus sera mis sur les enjeux climatiques et de protection de la biodiversité. La première étape est l’élaboration d’une vision globale sur le territoire et la définition d’un plan d’action concret (audit énergétique, investissement économie d’énergie, commission “biodiversité”…).
– Lancement d’une dynamique de circuits-courts pour créer une transition écologique tout en valorisant l’économie locale, en encourageant des artisans et entrepreneurs locaux.
-….

A Chaumont-Gistoux :

– Un vrai échevinat de la transition écologique et des droits humains est créé. Il dispose de moyens pour orienter la commune vers une action respectueuse des gens et de l’environnement.
– L’accueil extrascolaire et l’enseignement sont enfin réunis sous la casquette d’un même échevin, qui pourra redynamiser et coordonner ces deux matières clés pour nos enfants.
– D’importants moyens financiers et humains sont alloués à la culture, qui fait partie intégrante de la qualité de la vie d’une société et de ses habitants.
– Pour améliorer la participation des citoyen.ne.s à la vie communale, et combler un manque démocratique, un budget plus élevé a été débloqué pour la communication et le développement d’initiatives de participation.
-….

A Grez-Doiceau :

– Opposition totale au contournement nord de Wavre, ce projet dévastateur datant d’une époque révolue du “tout à la voiture” (mais l’ancien collège ayant déjà donné son avis positif au permis, ça va être compliqué) ;
– Intégration des principes du développement durable dans les politiques communales, avec notamment la création d’une Commission consultative du développement durable et l’adhésion à la Convention des Maires ;
– Dynamisation du logement public et facilité d’accès, notamment aux jeunes, par la création d’une régie foncière communale.

A Perwez :

– Participation et citoyenneté : afin de permettre à tous les habitants de donner leur point de vue au début de tout projet important, y compris en terme d’urbanisme, des consultations de la population seront systématiquement demandées aux promoteurs. Création d’un incubateur d’idées, citoyen et participatif, ouvert à tous les Perwéziens qui souhaitent y prendre part.
– Environnement : dans le paysage gricole de Perwez, une des priorités est de favoriser l’implantation de haies, bandes enherbées et fleuries, en bordure de terres, pour participer au maintien de la biodiversité.

– Mobilité : pour faire face aux besoins en mobilité importants (écoles, commerces décentrés, entreprises…) et en complémentarité avec les transports en commun, focus sur le covoiturage : organisation d’une forme d’auto-stop locale et sécurisante le long des grands axes routiers, mise en place d’un outil informatique de co-voiturage, et accompagnement des initiatives citoyennes de partage de voitures.
– ….

A Ottignies-LLN :

– Des nouvelles actions en matière d’environnement, d’économie d’énergie et de gestion des déchets cadrant dans l’indispensable transition écologique et les objectifs de la Convention des Maires (engagement pour une réduction forte des émissions de CO2 de la commune).
– Une politique sociale et du CPAS visant la dignité et l’autonomie, marquée par une volonté de préserver la mixité sociale, notamment par le choix d’avoir plus de 10% de logements publics ;
– Une densification autour des centres urbains et ferroviaires qui assure un cadre de vie convivial, harmonieux et pourvu d’espaces verts et collectifs. Cette planification tient compte de la problématique de la mobilité automobile et veille à offrir des logements de qualité, accessibles à tous où se vivent la mixité sociale, culturelle et intergénérationnelle.
– …

A Walhain :

– Développement d’une réelle vision à long terme pour Walhain. Le développement durable, intégrant l’économie, le social, l’environnement et la culture, guidera chacune des décisions de la nouvelle majorité communale.
– Préservation de notre environnement et de la santé des habitants en inscrivant notre commune dans une réelle démarche de transition énergétique et écologique et en engageant Walhain dans la voie d’une « Commune zéro déchet »
– Développer les initiatives citoyennes par la mise en place de budgets participatifs, en créant davantage de lien entre les habitants de Walhain et les associations locales et en soutenant l’organisation d’événements rassembleurs.

Share This