Vous le savez peut-être, de gros enjeux sont en train de se jouer en BW concernant la politique des déchets. En effet, deux dossiers sont simultanément au devant de l’actualité :

– le renouvellement des conventions qui lient les communes du BW avec l’intercommunale InBW en matière de déchets, avec comme nouvel enjeu le choix de rester avec la récolte au sac, comme aujourd’hui, ou de passer à la poubelle pesée (conteneur à puce). Plus de la moitié des communes wallonnes y sont déjà passées !

– la décision (ou non) de rénover les deux incinérateurs à déchets de l’intercommunale InBW pour qu’ils maintiennent la même “cadence” d’incinération jusqu’en 2038. L’un étant fortement lié à l’autre, selon Ecolo. Mais, jusqu’ici, pas pour l’intercommunale.

Car le passage au conteneur à puce, associée à une collecte sélective des déchets organiques, donne des résultats impressionnants en termes de réduction de la masse des déchets collectés. Les organiques collectés représentent près de 30 à 40 kg, et l’incitation à la modération du système pesé fait que la masse de déchets résiduelle descend à moins de 90kg/an/hab (contre 160 kg actuellement et 77 kg/hab/an à Chastre) : Pas loin d’une réduction de moitié des OM à incinérer. A l’échelle du Brabant wallon, c’est 40 000 tonnes de déchets en moins à incinérer chaque année. Et donc 40 000 tonnes de CO2 “économisés”, et pourquoi pas, la possibilité de se passer d’un des deux fours de Virginal !

Au surplus, la poubelle à puce ne coûte pas plus cher pour les habitant.e.s, et favorise les ménages les plus pauvres, qui produisent moins de déchets que les plus riches.

Malgré cette donnée, malgré les prévisions optimistes en matière de production de déchets, et malgré le sens de l’histoire, le management de l’intercommunale ne voulait pas entendre cet argument. Il voulait rénover les deux fours. Il n’a pas conduit d’étude sérieuse pour analyser cet investissement prévu pour 20 ans… Le management d’InBW prévoyait que les quantités de déchets produits resteraient identiques. il prévoyait même, en cas de baisse éventuelle des quantités récoltées, de saturer son incinérateur avec une nouvelle source de déchets : les déchets industriels banals.

Pourquoi reparle-t-on de ce dossier ? Parce que de nombreuses communes semblent se diriger vers les conteneurs à puce, ce qui est un bon signal. Et surtout, parce que le travail politique conduit, notamment, par Hadelin de Beer commence à porter ses fruits. Le CA de l’intercommunale commence à douter, et a enfin décidé de prendre en compte un nouveau scénario : la rénovation d’un seul des deux fours, et l’adjonction d’une centrale de biométhanisation pour valoriser les déchets organiques. Après plusieurs semaines de discussions, l’étude de cette voie alternative a été validée au CA de InBW du 27/03 ! Le dossier a donc avancé dans le bon sens, mais ce n’est pas gagné pour autant : le scénario d’un seul four va être analysé, mais n’est pas encore accepté ! Certains administrateurs, dont ceux proches de la commune d’Ittre, souhaitent garder deux fours à Virginal et vont se battre pour qu’on continue à produire plus de déchets. On aura besoin de tous pour gagner nos réductions de CO2.

Share This