Prévention et infrastructures de soins adaptées

La situation

 

La population du Brabant wallon prend de l’âge et nos besoins en infrastructures de santé sont en augmentation.

Elle connaît une pénurie de médecins généralistes (il en manque une cinquantaine) et 40 % des interventions hospitalières se font en dehors de la Province ; si bien que le besoin en lits est évalué à 460 lits supplémentaires. C’est surtout l’est du Brabant wallon, plus rural, qui est peu équipé.

Par ailleurs, nous ne sommes pas tous égaux face aux coûts des soins de santé. Et, en Brabant wallon, la proportion de médecins « non conventionnés » – qui pratiquent des tarifications plus élevées que celles prescrites par l’INAMI – est significativement plus importante qu’ailleurs : 23 % alors que la moyenne wallonne est de 13 %.

Pour vivre en bonne santé, il faut pouvoir se soigner, évidemment. Mais pour vivre en bonne santé, il faut aussi vivre dans un environnement sain, être bien dans sa tête, savoir gérer son quotidien, avoir des relations sociales de qualité et trouver du sens à son existence. La santé, c’est un peu tout ça, et la santé mentale y a une grande place. Savez-vous qu’en 2012, on évaluait à 14 % la proportion des belges qui se sont vus prescrire des antidépresseurs ? Et que chez les malades de longue durée, cette proportion monte à 48 %? C’est énorme.

Enfin, en Brabant wallon, les cultures intensives se développent avec la taille des exploitations, au détriment des exploitations agricoles familiales conventionnelles ou bio et de la pratique de l’élevage. Nous sommes particulièrement exposés aux pesticides. Et ça, c’est préoccupant pour notre santé à tous. Il faut prendre des mesures.

 

Le projet d’Ecolo

 

Ecolo Brabant wallon a décidé de travailler sur plusieurs axes :

  1. Miser sur la prévention et la qualité de vie
  2. Soutenir la 1ère ligne médicale et enrayer la pénurie de médecins généralistes
  3. Soutenir les services de santé mentale et mettre sur pied un programme de lutte contre le burn-out
  4. Examiner les possibilités d’implantation d’une structure hospitalière générale dans l’est du Brabant wallon

 

Nos propositions

 

1. Miser sur la prévention et la qualité de vie

 

  • Sensibiliser et informer autour des épandages de pesticides: un travail avec le monde agricole est possible pour utiliser les pesticides de manière plus rationnelle, même sans modifier les rendements.On évalue à 30% les pesticides pouvant être épargnés si les agriculteurs étaient conseillés directement par des agronomes indépendants et pas par les firmes elles-mêmes.
  • Soutenir les agriculteurs du Brabant wallon qui désirent changer de modèle et passer au Bio (zéro pesticides).
  • Développer les actions de prévention et de protection des crèches, écoles, maisons de repos et autres zones sensibles
  • Développer une application smartphone visant l’information de la population riveraine lors de l’épandage de pesticides, de manière à ce que les citoyens puissent prendre leurs dispositions.
  • Développer une cellule de type « SAMI », dont le rôle serait d’intervenir pour l’extérieur des habitations et des infrastructures publiques.
  • Sensibiliser et informer sur les avantages d’une alimentation saine et bio.
  • Développer les cantines bio dans l’ensemble des écoles de la Province et sensibiliser les communes à la mise en place de cantines bio dans les maisons de repos et les écoles communales.
  • Travailler aux cahiers des charges pour la construction ou la rénovation des bâtiments publics de la province, de façon à privilégier les matériaux naturels et éliminer les pollutions intérieures.

 

2. Soutenir la 1ère ligne médicale et enrayer la pénurie de médecins généralistes

 

  • Soutenir l’installation de jeunes médecins généralistes dans les communes les plus touchées par la pénurie en mettant en place une coordination de l’offre de médecine générale en Brabant wallon qui :
    • Veillera à la mise à disposition de locaux réservés aux professionnels de première ligne de la santé.
    • Orientera ses moyens vers les zones les plus touchées par la pénurie, par la création de cabinets pluridisciplinaires et de nouvelles maisons médicales, dont les médecins seront conventionnés.
    • Organisera un « plan Tandem des généralistes », via la reprise de la patientèle des médecins plus âgés par les plus jeunes.
    • Centralisera les informations nécessaires aux jeunes médecins pour ouvrir leur cabinet.
    • Mettra en contact étudiants en médecine et communes.
    • Proposera, le cas échéant, un prêt d’aide à l’installation.

 

3. Soutenir les services de santé mentale et notamment un programme de lutte contre le burn-out

 

  • Renforcer les services ambulatoires de la province, en particulier en périphérie du territoire provincial (à l’est et à l’ouest).
  • Apporter un soutien aux pratiques innovantes en santé mentale sur le territoire du BW et stabiliser les projets : projets en lien avec la nature ou l’agriculture, groupes thérapeutiques, espaces de rencontre, …
  • Renforcer la prévention et la lutte contre les assuétudes.
  • Développer un programme pour la prévention et de traitement du burn-out, de la fibromyalgie et de la fatigue chronique
  • En proposant aux CLPS-Bw (Centres locaux de Promotion de la Santé) de travailler sur le volet préventif du projet, ou en cherchant un autre opérateur.
  • En soutenant financièrement les services ambulatoires de la Province sur le volet curatif et d’autres services adéquats, et en soutenant leur promotion.

 

4. Examiner les possibilités d’implantation d’une structure hospitalière générale dans l’est du Brabant wallon

 

  • En vue de pallier au manque d’infrastructure hospitalière dans l’est du Brabant wallon, Ecolo Brabant wallon propose d’étudier l’opportunité d’y implanter une structure hospitalière générale. L’implantation d’un hôpital dans l’Est nous semble être une bonne opportunité au niveau de l’aménagement du territoire et du dynamisme économique de la Région.
Share This