Suite aux réunions de commission tenues cette semaine sur le plan de délestage électrique, Ecolo et Groen demandent à la Secrétaire d’Etat Catherine FONCK de préciser les mesures concrètes qu’elle compte mettre en place pour éviter tout délestage. D’autre part, il est nécessaire de revoir la nouvelle version du plan de telle sorte que les problèmes identifiés autour de Gand et dans le Brabant Wallon soient corrigés. Avant adoption définitive, le plan doit également répondre à toutes les exigences du cadre légal qui l’entoure.

« Malgré les deux après-midi passées à poser de nombreuses questions en commission, nous ne connaissons toujours pas les critères précis qui sont utilisés pour définir les cabines qui seront reprises dans le plan de délestage. Nous pouvons même craindre que la nouvelle version ne respecte toujours pas la législation, ce qui est source d’incertitudes et de recours juridiques ultérieurs  » pointe Jean-Marc NOLLET, Chef du groupe Ecolo à la Chambre.

Comme l’a précisé Elia hier en commission, il n’appartient toutefois pas au gestionnaire de réseau de décider mais aux ministres compétents. Kristof CALVO, Chef de groupe Groen : « Catherine FONCK doit venir s’expliquer sur les critères retenus après réception de l’analyse juridique qu’elle a demandé au SPF Economie« . Et le parlementaire de préciser « ce dossier est un dossier sensible pour les citoyens, qu’ils habitent au nord, au sud ou au centre du pays. Il l’est également pour les entreprises, petites ou grandes. Chacun doit pouvoir être correctement informé. L’amateurisme dont fait preuve le gouvernement dans la gestion de ce dossier doit cesser« .

Pour les écologistes, les problèmes d’ores et déjà identifiés dans la deuxième mouture du plan doivent être corrigés par la Secrétaire d’Etat. Sa marge de manœuvre est grande, mais sa responsabilité l’est dès lors tout autant. Il en va de même pour la liste des mesures préventives qui est de sa responsabilité et qu’elle doit proposer au plus vite.

Ainsi, pour Evita WILLAERT (députée Groen), « il n’est pas acceptable que le plan qui sera in fine adopté ne tienne pas compte du développement industriel de la région gantoise et que le port de Gand soit la seule région portuaire à ne pas être exclue du plan de délestage« .

Pour son collègue député Ecolo Marcel CHERON, « si l’on peut se féliciter que la seconde version du plan FONCK corrige les erreurs rencontrées dans les zones du sud, la situation du Brabant Wallon nécessite que la Secrétaire d’Etat intervienne. Il n’est pas acceptable que cette province reste 2 fois plus touchée que toutes les autres« .

Les écologistes osent espérer que la Secrétaire d’Etat aura pu tirer toutes les leçons de la débâcle de la première version de son plan : moins de 48 heures après avoir rejeté les demandes d’amendements, Mme Fonck avait dû se dédire et revoir sa copie. Errare humanum est, perseverare…

Jean-Marc NOLLET,
Chef de groupe Ecolo à la Chambre

Kristof CALVO,
Chef de groupe Groen à la Chambre

Share This