Ce mardi 24 mars, Jacqueline Galant, ministre de la mobilité, répondait à une question déposée par Marcel Cheron sur l’avenir de la gare d’Ottignies et le réaménagement de ses abords. Cette question prolonge la motion votée par l’ensemble des forces politiques de la commune d’Ottignies Louvain-la-Neuve fin février de cette année. La réponse de Mme Galant est malheureusement insatisfaisante et inquiétante.

En effet, Mme Galant ne fait que reporter les responsabilités vers d’autres, sans donner aucune garantie concrète et affirmée de financement ou de calendrier. Plusieurs éléments sont à relever :

1. Mme Galant confirme que le réaménagement des quais et des accès aux quais est dépendant des travaux du RER sur la ligne 161.
Vu le retard pris par ceux-ci et sachant que les travaux de renouvellement du faisceau de voies et de quais à Ottignies prendront environ 5 ans, les voyageurs fréquentant les quais d’Ottignies devront prendre leur mal en patience…

2. Concernant l’aménagement de la zone autour de la gare (défini dans le Master Plan), la ministre nous annonce d’une part « qu’elle sera attentive à l’évolution favorable du projet de réaménagement de la gare d’Ottignies » et que « tout sera mis en œuvre pour soutenir sa concrétisation dans le nouveau Plan pluriannuel d’investissement ». D’autre part, alors que le PPI actuel prévoyait clairement 60 millions d’Euros pour la gare d’Ottignies, il nous faut bien constater que la ministre ne s’engage pas à maintenir cette somme dans le nouveau PPI, en cours de préparation. La ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve en est donc réduite à l’espoir et à l’attente.

3. Pire, Mme Galant renvoie la responsabilité à d’autres, demandant que « la Ville et la Région wallonne confirment fermement leur implication [financière et technique] ».
Alors que la question fait justement suite à une action politique unanime de la Ville d’Ottignies-LLN demandant un engagement de la part du fédéral, ce retour à l’envoyeur laisse pantois.

Le renvoi vers la Région wallonne est encore plus problématique : il y a quelques jours, le ministre wallon Maxime Prévot déclarait qu’ « il est évidemment trop tôt pour dire combien la Wallonie pourrait investir dans les infrastructures routières à construire ou à réaménager [autour de la gare d’Ottignies] ». Les positionnements de Mme Galant et de M. Prévot annoncent donc un blocage du dossier.

Ecolo constate que le projet de réaménagement de la zone de la gare est pris en étau entre la SNCB, Infrabel, le MR au fédéral, le PS et le CDH à la Région. Alors même que la gare d’Ottignies est la plus fréquentée de Wallonie et qu’elle représente un point stratégique sur la liaison entre Bruxelles et la Wallonie, son avenir reste incertain. Pour une mobilité durable et pour les 22 000 voyageurs qui fréquentent quotidiennement les quais d’Ottignies, Ecolo appelle à la fin des petits jeux politiciens pour se recentrer sur l’essentiel : une bonne coopération entre les acteurs du dossiers et des choix d’investissements objectifs dictés par l’intérêt général.

Vous pouvez retrouver la question de Marcel Cheron ici à Jacqueline Galant ainsi que la réponse de cette dernière ici

Marcel Cheron
Député fédéral
Groupe Ecolo-Groen

Share This