Ecolo s’interroge sur la bonne utilisation des subsides provinciaux pour le projet du “Lac du paradis”. Ce lieu devrait devenir un lieu de balade et de détente dans la nature tout en assurant la sécurité des communes en aval du Hain. Force est de constater qu’aucun des deux objectifs n’est atteint. En effet, depuis le début Ecolo Braine-L’Alleud dénonce la destruction de la faune et de la flore lors des travaux. Maintenant la ville de Tubize, remet en cause l’efficacité de la ZIT contre les inondations.

 

Un projet qui ne date pas d’hier

L’idée de créer un plan d’eau sur le site du Paradis ne date pas d’hier. Il y a plus de trente ans un projet avait déjà été avancé pour construire un étang artificiel.

À l’époque, le groupe ECOLO, des associations comme l’ADESA ou le RNOB (aujourd’hui Natagora) et des guides nature avaient proposé des alternatives notamment pour protéger des zones intéressantes sur le plan ornithologique et végétal.

En 2011, les inondations dans l’ouest du Brabant wallon allaient donner un nouveau coup d’accélérateur au projet d’aménagement. Pour contribuer à mettre fin aux inondations provoquées par les crues du Hain, il était en effet proposé de prévoir une retenue d’eau de quelque 75.000 m3 qui formerait un lac de plusieurs hectares sur le site du Paradis. Le nouveau projet, baptisé ZIT (Zone d’Immersion Temporaire) comportait en plus de la retenue d’eau, un détournement partiel du Hain (pour alimenter le lac en dehors des périodes de crue) et l’aménagement d’un deuxième plan d’eau d’une trentaine d’ares (prévu notamment pour des activités de baignade).

Premier coup d’arrêt

Les travaux ont débuté en 2012. Les pelleteuses et autres machines d’excavation n’ont malheureusement pas fait dans le détail. Et force est de constater que la protection des zones remarquables n’a pas vraiment été prise en compte, comme cela avait pourtant été dûment promis en séance du Conseil communal.

Alors que tout semblait aller bon train, les travaux ont soudain été arrêtés à la suite d’un recours introduit par la société Vivaqua. La société a en effet fait prévaloir que la conduite d’eau qui passait à l’endroit même où se creusait le bassin de retenue d’eau était beaucoup trop fragile pour soutenir le poids des machines et des futures berges. Un bureau d’étude a été appelé pour proposer des solutions techniques qui permettraient l’achèvement des travaux. Sur la base des propositions émises par le bureau, un accord a été trouvé entre Vivaqua et la commune. Les travaux reprennent suite à l’introduction de nouveaux permis.

http://www.braine-l-alleud.ecolo.be/?La-ZIT-du-paradis-un-projet-qui/

L’inauguration n’a pas encore eu lieu que le fonctionnement du ZIT est remise en question

En effet, lors des fortes pluies du 3 janvier dernier, le Hain était à la limite du débordement et nous sommes passés tout près d’une nouvelle catastrophe.

Après analyse de la situation, l’asbl SOS inondations Tubize a constaté que la zone d’immersion du paradis n’a pas fonctionné.

Jean Pierre Fumière (conseiller communal à Tubize PS) et Youri Caels (conseiller communal Ecolo à Tubize) ont décidé d’interpeller le conseil provincial. En effet, nous savons que la Province a autorisé la commune de Braine-l’Alleud à modifier le tracé du cours d’eau « le Hain » à condition d’adapter les ouvrages d’entrée et de sortie du bassin de rétention ainsi que d’aménager le cas échéant, un ouvrage de régulation complémentaire dans le cours d’eau. Dans le cadre de l’autorisation, la Province du Brabant wallon a donc imposé une obligation de résultat quant aux débits maximums du Hain après l’ouvrage. Nous savons également via ce courrier que le volume de stockage de 77.700 m3 qui sert de tamponnement hydraulique en cas d’orage, a été pris en considération pour la contribution provinciale de 600.000 € devenue il y a peu, une subvention de 800.000 € vu l’intérêt supra-communal du site du Paradis.

https://tubize.ecolo.be/zone-dimmersion-temporaire-paradis-ne-fonctionne-menace-tubize/

Share This