L’avenir de la province et celui de nos enfants ne pèsent pas lourd lorsqu’il s’agit de préserver les accords secrets passés entre MR et PS. La percée historique d’Ecolo (+7%) ne pouvait pourtant pas être ignorée. Le MR a finalement fait le choix de repartir avec le PS pour 6 ans de plus à la tête de la Province du Brabant wallon. Le projet d’Ecolo, axé sur l’écologie et une meilleure gouvernance, soutenu par plus de 55.000 Brabançons, a été repoussé par les tenants d’une politique du passé et des accords « entre amis ».

Plusieurs discussions, pourtant constructives, se sont tenues depuis le 14 octobre à l’initiative du MR (pour faire bonne figure?) et d’Ecolo. Ecolo est venu avec des projets concrets et pragmatiques en faveur du climat, de l’énergie durable, de la biodiversité, de la participation citoyenne, des commerces locaux et circuits courts, des filières économiques d’avenir ou encore d’une meilleure gouvernance*. Ces propositions ont été chiffrées, objectivées et discutées lors des discussions. Ecolo n’a reçu aucune réponses sur le fond et apprend ce jour que la discussion est arrêtée. Le MR s’est donc tourné vers le PS, sans réel projet pour le Brabant wallon, pour poursuivre les politiques du 20e siècle.

MR et PS n’ont, une fois de plus, pas voulu voir l’appel des électeurs pour un avenir plus convivial, plus vert. C’est donc bien une coalition de perdants, qui ne représente plus que 52 % des électeurs du Brabant wallon, perdant 13.000 voix par rapport à 2012, qui se maintient au pouvoir. Ils ne pourront pourtant pas rester aveugles éternellement aux urgences climatiques, sociales et de gouvernance.

Quoi qu’il en soit, face à cet immobilisme, Ecolo restera une force de proposition au sein d’un conseil provincial qui aura bien besoin de dynamisme, de nouveauté et de projets d’avenir.

Sophie Agapitos, Marianne Saenen, Laurent Heyvaert, Hadelin de Beer
Coprésidents Ecolo BW

 

* Créer un service de l’énergie durable pour arriver notamment à une neutralité carbone pour les bâtiments publics, et développer les énergies renouvelables ; booster la politique de protection de la nature et de la biodiversité en passant de 0,2 % à 1 % du territoire du BW en zone protégée ; promouvoir les modèles commerciaux alternatifs (circuits courts, halles commerciales, modèles coopératifs…) et faciliter l’entrée sur le marché des centres-villes de nouveaux commerçants ou artisans ; soutenir les filières économiques durables (construction durable, zéro phyto…) via l’enseignement et la spécialisation de zones économiques ; revoir le pilotage et la gestion des intercommunales ; encourager la participation citoyenne dans les politiques provinciales…

 

 

Crédit Photo: Alex Pudov on Unsplash

Share This